Aubert, André • 1916-1917 Voir dans l'inventaire Ajout à votre panier

Date de l'unité documentaire 1916-1917

Origine

Aubert, André (1883-1946)

Biographie ou histoire

André Aubert, l'arrière grand père de la contributrice, est né à Sauxillanges (Puy-de-Dôme) le 29 mai 1883. Il est le fils de Joseph Aubert hôtelier restaurateur du village et de Marguerite Sauvagnat sa seconde épouse, maîtresse d'hôtel. En 1902, le jeune homme intègre l'école spéciale militaire de Saint-Cyr. Sa scolarité militaire achevée, le sous-lieutenant Aubert rejoint le 3e régiment d'infanterie coloniale stationné à Rochefort. De 1906 à 1911, il est en poste à Madagascar, à Kati dans le Haut-Sénégal (actuel Mali) puis à Niamey au Niger. Il est rapatrié pour raisons de santé. En juillet 1913, André Aubert embarque à destination de l'Albanie pour représenter la France au détachement international de Scutari. La seconde guerre balkanique fait alors rage. A la déclaration de guerre en 1914, faute de pouvoir rentrer en France, il est envoyé au Monténégro. En février 1916, capitaine, il commande le détachement d'occupation de l'île Othoni au large de Corfou. C'est en mars 1916 qu'il rejoint les tranchées de l'est de la France. Affecté au 7e régiment d'infanterie colonial, il est blessé à deux reprises à quelques jours d'intervalle : le 1er juillet 1916, dans les premières heures de la bataille de la Somme et le 20 juillet devant Belloy-en-Santerre par des éclats d'obus. Sa conduite exemplaire lui vaut d'être cité deux fois à l'ordre de l'armée et d'être nommé chevalier de la Légion d'honneur. A compter de 1920, il poursuit sa carrière militaire au sein des tirailleurs sénégalais en Afrique Occidentale Française, puis des tirailleurs coloniaux. Il rentre en France en 1923 et se marie l'année suivante avec Lucienne Rousseau. Promu au grade de commandant, il sert au Maroc, au Tchad, puis rentre en France en mai 1930 avant de ré-embarquer en 1933 pour prendre durant trois ans le commandement militaire de la Mauritanie. En 1938, pour sa dernière affectation, le colonel Aubert prend le commandement des confins nigéro-tchadiens à Zinder (Niger actuel). En 1940, il est nommé au grade de général de brigade et placé en février 1941 en congé d'armistice sur sa demande. Il rentrera dans son Puy-de-Dôme natal pour y décéder le 17 mai 1946 à Clermont-Ferrand.

Historique de la conservation

Contribution de Véronique Aubert (n° 115) du 12 décembre 2013.

Informations sur les modalités d'entrée

Prêt à usage.

Statut juridique

Archives privées

Descripteurs

Cotes extrêmes : 100 Num 115

Sous-unités (8)