Souvenir de la défense de la cathédrale au moment des inventaires. • 20 février-13 mars 1906 Voir dans l'inventaire Ajout à votre panier

Présentation du contenu

La loi de séparation des Églises et de l'État, prévoyant de nouveaux rapports entre les deux institutions, a été adopté le 9 décembre 1905 sous l'impulsion d'Aristide Briant, le député républicain socialiste. L'adoption de cette loi s'inscrit dans un contexte où un débat fait rage entre deux conceptions opposées de la place de l'Église dans la société. Mettant fin au régime du Concordat en place depuis 1801, cette loi se veut plus conforme à la devise républicaine. Elle prône ainsi la liberté de conscience et garanti le libre exercice des cultes. De plus, cette loi entend supprimer les fabriques et remettre les bâtiments des églises à des associations cultuelles que les fidèles doivent former pour chaque paroisse. Avant ce transfert de responsabilité, l'État prévoit de dresser un inventaire des biens mobiliers et immobiliers de chaque fabrique. Cette loi est aussi bien rejetée par l'Église de France que par le St-Siège. C'est cependant une circulaire datée du 2 février 1906 et destinée aux fonctionnaires des Domaines qui met véritablement le feu aux poudres. En effet, elle contient une phrase qui fait scandale : « les agents chargés de l'inventaire demanderont l'ouverture des tabernacles ». Immédiatement, les inventaires sont dénoncés comme étant une profanation et ouvrent la première véritable confrontation violente entre la République et l'Église. Les inventaires devaient se dérouler sous l'encadrement de la force publique afin de limiter les débordements et éviter tout incident. Malgré les dispositions adoptées, une importante série de manifestations éclatent devant de nombreuses églises. L'ampleur des troubles varie en fonction des régions et est d'autant plus importante dans les régions traditionalistes et catholiques. L'inventaire de la cathédrale de Nancy, réalisé le 13 mars 1906, confirme les difficultés rencontrées ailleurs. Le clergé a reçu de l'évêché la consigne de maintenir les églises et sacristies fermées et de ne pas collaborer. Les ecclésiastiques se barricadent dans la cathédrale pour empêcher les fonctionnaires du domaine de dresser l'inventaire. Malgré les forces armées déployées afin de limiter les excès de violence, le gouvernement ne parvient pas à maintenant l'ordre et une importante manifestation éclate dans Nancy même.

Date de l'unité documentaire 20 février-13 mars 1906

Collation

12 photographies positives (tirages) en 1 album

Dimensions

36 × 51 cm (support)

Statut juridique

Archives publiques

Sources internes

1 I 55 Rapport de police (1 janvier 1906-30 juin 1906) ; 2 I 82 Surveillance des activités et associations politiques, syndicales et ouvrières (1894-1970) ; 1 P 24 Fabrique (1848-1905) ; 1 P 29 Loi de séparation des Églises et de l'État (1905-1909) ; 1 P 30 Cathédrale (1801-1919) ; 1 P 32 Cathédrale (1802-1906).

Rédacteur de la description

Louise Engler

Descripteurs

Cotes extrêmes : 13 Fi 10

Sous-unités (12)