Groupe des étudiants catholiques puis Groupe des étudiants du cours Léopold (1786-2019)

par Anaëlle Martinez ; sous la direction de Pascale Étiennette, conservatrice en chef du patrimoine

Présentation

Cotes extrêmes

452 Z 1-143

Intitulé de l'unité documentaire

Groupe des étudiants catholiques / du cours Léopold

Date de l'unité documentaire

1786-2019

Description physique

Type

Document d'archives

Nombre d'éléments

75 boites (143 articles).

Métrage linéaire

8,50

Support

Papier

Organisme responsable de l'accès intellectuel

Archives municipales de Nancy

Langue des unités documentaires

Français

Origine

Groupe des étudiants du cours Léopold

Biographie ou histoire

1. Fondation du Groupe des étudiants catholiques

Le Groupe des étudiants catholiques (GEC) est une association nancéienne fondée en 1920 par des frères jésuites et dominicains, dont l'objectif principal était de pallier l'absence de logements étudiants à Nancy. Le nouveau foyer estudiantin s'installe alors au cours Léopold, entre les murs de l'hôtel de Metz-Noblat, une demeure bourgeoise du centre-ville ayant appartenu à la famille de Carcy puis à la famille de Metz-Noblat, avant d'être cédé aux religieux à la mort d'Antoine de Metz-Noblat. C'est alors qu'est fondé le Groupe des étudiants catholiques sous l'impulsion du Révérend-Père Lejosne. Afin de financer le foyer, le jésuite créé la Société immobilière du cours Léopold, composée de membres du diocèse de Nancy-Toul et de frères jésuites. Les bâtiments sont mis gracieusement à disposition du GEC qui s'y installe pour 99 ans.

Lors de sa fondation, l'établissement était dirigé par des frères de la Compagnie de Jésus et promouvait la vie en communauté, dans le respect des valeurs catholiques. Dès la création de l'association, un projet pédagogique a été mis en place afin d'aider et d'accompagner les étudiants dans leurs études tout en leur fournissant un cadre propice au travail et à l'entraide. Organisé, dans un premier temps en sections (médecine, pharmacie, droit, etc) les résidents du GEC pouvaient bénéficier de l'assistance et des conseils d'autres étudiants suivant le même cursus universitaire. L'association proposait aussi à ses locataires bon nombre d'activités et de divertissements. Ainsi, les étudiants qui le souhaitaient pouvaient assister à la messe célébrée tous les jours dans la chapelle, étudier dans la bibliothèque ou assister aux nombreuses conférences, spectacles et bals donnés régulièrement. Un restaurant était également à disposition des étudiants jusqu'à sa fermeture en 1964. Ceux qui le désirait pouvaient également rejoindre un camp appartenant au GEC et ainsi intégrer un clan de scoutisme.

Victime de son succès, le GEC accueille dans les années 1940-1950 jusqu'à deux étudiants par chambre. Tout d'abord exclusivement masculin, le foyer devient un établissement mixte au début des années 1990.

2. Histoire des bâtiments

2.1 Cours Léopold

Implanté en premier lieu au sein de l'hôtel de Metz-Noblat, le foyer devient rapidement trop petit pour répondre à la demande croissante des étudiants cherchant un logement à prix raisonnable à Nancy. L'établissement connaît alors plusieurs phases d'agrandissements et d'aménagements divers, tout d'abord pensés et initiés par le Révérend-Père Lejosne, aumônier du foyer (1920-[1940]. En 1926, 1927 et 1930 sont construit les pavillons Lyautey (restaurant universitaire et cuisine au rez-de-chaussée, chambres à l'étage), Coty (bureaux en rez-de-chaussée, chambres aux étages) et Marquette (chapelle et théâtre). Les trois nouveaux bâtiments sont dessinés par l'architecte Jules Criqui. Une passerelle permet de relier le pavillon Lyautey au premier étage de l'hôtel. En 1931, plusieurs garages surmontés d'un portique donnant sur le jardin sont construits rue du Baron-Louis. En 1941-1942, l'architecte Georges Clément se charge de la surélévation et du réaménagement complet de l'hôtel de Metz-Noblat. Il y ajoute une rotonde située à l'arrière du bâtiment.

Au cours des années 1960-1961, la passerelle qui reliait le pavillon Lyautey et l'hôtel est transformée en salles de travail sur deux niveaux et le nouveau bâtiment Lejosne vient relier le pavillon Lyautey au bâtiment Marquette le long de la rue du Baron-Louis.

Enfin, le bâtiment Schuman est construit en 1991 et vient combler l'espace entre l'hôtel et le bâtiment Coty. Bâti sur cinq étages, ce dernier grand aménagement du GEC accueille uniquement des chambres étudiantes. Le GEC atteint alors sa capacité maximale avec 190 chambres.

2.2 Villers-lès-Nancy

Outre les bâtiments situés cours Léopold, le GEC était également propriétaire du château de Mme de Graffigny situé à Villers-lès-Nancy. Ce lieu d'habitation particulier était destiné à fournir des logements aux ménages étudiants durant les années 1970-1990. Les couples d'étudiants (parfois avec enfants) pouvaient ainsi bénéficier d'appartements à prix réduit aux portes de Nancy.

2.3 Gérardmer

Le GEC avait également à disposition la maison-chapelle de la Trinité située à Gérardmer (Vosges) où les étudiants pouvaient se rendre pour pratiquer divers sports de neige.

3. Achat des bâtiments par le Grand Nancy : création du Groupe des étudiants du cours Léopold

En 2004, la convention d'occupation entre la Compagnie de Jésus et le GEC arrive à son terme. Les Jésuites sont contraints de mettre en vente le foyer étudiant pour des raisons financières. La Communauté urbaine du Grand Nancy se porte acquéreur et rachète le GEC en 2005. Elle met en place un crédit-bail qui permet au GEC de rester dans ses bâtiments historiques du cours Léopold. C'est alors que l'association change de nom et devient le « Groupe des étudiants du cours Léopold ». Néanmoins, la vocation du foyer et son mode de fonctionnement demeurent les mêmes : fournir aux étudiants un logement à moindre coût en plein centre-ville de Nancy tout en les intégrant dans une communauté favorisant le travail, l'entraide et les activités collectives. Les résidents pouvaient ainsi s'investir dans un grand nombre d'animations comme la réputée « Nuit du GEC » (organisée par l'Association amicale des étudiants du GEC), la publication de bulletins mensuels, la création de pièces de théâtre ou l'entretien d'un petit potager.

4. La fin de l'histoire ?

Au cours de ces dernières années, le GEC a connu un déclin d'attractivité principalement lié à la vétusté des bâtiments, même si l'esprit de l'association était toujours plébiscité par les étudiants. Le GEC n'était pas en mesure d'assumer un projet de rénovation de grande envergure qui soit économiquement viable. Le propriétaire des lieux, la Métropole du Grand Nancy, ne souhaitait pas non plus investir dans des équipements neufs. Le bail concédé au GEC prenant fin en 2020, la collectivité a donc décidé de vendre les bâtiments. La proposition d'achat par l'association Le Pélican n'étant pas retenue, les nouveaux acquéreurs, la MGEL (Mutuelle générale des étudiants de l'est) et Batigère, se sont engagés à rénover intégralement les bâtiments tout en conservation sa vocation première de résidence étudiante. Ainsi, le projet de réhabilitation comprend la création de 130 studios et logements ainsi que la rénovation des espaces communs. Les travaux, envisagés sur deux ans, sont prévus pour un coût global de plus de onze millions d'euros.

Après 99 ans d'existence, le GEC, devenu une véritable institution de la vie étudiante nancéienne, a fermé définitivement ses portes en octobre 2019.

Informations sur les modalités d'entrée

Don du président du GEC en date du 10 octobre 2019, à l'occasion de la dissolution de l'association.(convention de don et décision du maire en date du 7 novembre 2019).

Présentation du contenu

Ce fonds contient des documents relatifs à l'administration au fonctionnement et à la vie générale au GEC de sa fondation en 1920 à sa fermeture en 2019. Dans une première partie sont conservés les documents constitutifs à la fondation de l'association et à son administration générale, ainsi que de la correspondance entre le GEC et d'autres associations.

La deuxième partie du fonds est consacrée aux finances et à la comptabilité du GEC. Elle contient principalement des journaux grand-livre, des bilans comptables et les comptes annuels de l'association.

Dans une troisième partie sont conservés les documents relatifs aux ressources humaines, tels que les déclaration annuelle des données sociales (DADS), les livres de paie et les dossiers individuels du personnel.

On retrouve, dans une quatrième partie, des plans et des dossiers de travaux constitutifs aux nombreuses transformations et rénovations des bâtiments du GEC. Cette partie contient égalment les dossiers relatifs à la vente du GEC au Grand Nancy, puis à Batigère et à la Mutuelle générale des étudiants de l'est (MGEL).

La cinquième partie du fonds est consacrée à la gestion locative et à la vie du foyer. Elle contient principalement des registres, des fiches individuelles et des dossiers d'inscription des étudiants au GEC. On y trouve également des documents témoignant des activités et animations du foyer ainsi que des projets menés par les résidents.

Enfin, la dernière partie du fonds est dédiée à la communication et aux évènements de la résidence étudiante. Y sont conservés des dossiers et coupures de presse, des photographies et affiches, mais aussi les journaux mensuels publiés par les pensionnaires du GEC.

Statut juridique

Archives privées

Communicabilité

Accès conformément à la réglementation en vigueur.

Autre instrument de recherche

Répertoire numérique dactyl. 24 p.

Sources complémentaires

Sources internes

- Sous-série 1R, brochure de présentation du GEC, 1949.

- Série W : 416 W 90, Groupe des étudiants catholiques (GEC) (Foyer d'hébergement), 1993-1995.

- Série Z : 457 Z, Association amicale des étudiants du GEC (AAGEC), 1986-2018.

- Série Fi : 16 Fi 781, Le GEC : groupe des étudiants catholiques, 1951.

Sources externes

Archives départementales de Meurthe-et-Moselle

- 14 W 1424, Dommages de guerre. - Société immobilière de Villers-lès-Nancy pour le château du Groupe des étudiants catholiques (GEC), demande d'indemnisation, dossier immobilier : mémoire, devis, plans (1947-1955).

- 80 J, Archives Georges Clément (1934-1976).

Bibliographie

- Castet, Bernadette. Continuité et changement des oeuvres de jeunesse catholique à Nancy 1925-1935, Faculté des lettres de Nancy, juin 1967.

- Bigorgne, Laurent et Colon, David. « Foyers et conférences des étudiants catholiques français », dans Giovanni Orsina et Gaetano Quagliarello, dir., La formazione della classe politica in Europa, 1945-1956, Rome, Piero Lacaita, 2000, pp. 245-267.

- Colon, David. « La naissance des organisations d'étudiants catholiques en France », Matériaux pour l'histoire de notre temps, vol. 86, n°. 2, 2007, pp. 29-33.

- Colon, David. « Les jésuites et la Jeunesse catholique en France dans l'entre-deux-guerres », Histoire@Politique, vol. 4, no. 1, 2008, pp. 7-7.

Rédacteur de la description

Anaëlle Martinez

Informations sur la description

Répertoire dressé conformément à l'ISAD(G). Indexation conforme aux normes AFNOR et au thésaurus des archives locales en vigueur.

Date de création de la description

mercredi 15 juillet 2020

Date de dernière modification de la description

mardi 11 août 2020

Descripteurs

Contenu

Informations bibliographiques

Informations de publication

Déclaration de titre

Titre : Groupe des étudiants catholiques puis Groupe des étudiants du cours Léopold (1786-2019)
Sous-titre : 452 Z
Auteur : par Anaëlle Martinez ; sous la direction de Pascale Étiennette, conservatrice en chef du patrimoine

Déclaration de publication

Éditeur : Archives municipales de Nancy
Adresse : Nancy
Date : 2020

Profil

Création : Instrument de recherche produit au moyen du logiciel Arkhéïa Aide au classement de la société Anaphore sarl, version 8-17.1 du mercredi 6 mai 2020 . Date de l'export : mercredi 16 septembre 2020 (16:39 h)
Langue : Instrument de recherche rédigé en Français
Règles de description : Répertoire dressé conformément à l'ISAD(G). Indexation conforme aux normes AFNOR et au thésaurus des archives locales en vigueur.