Fonds Joseph Hornecker (1873-1942 ; architecte) • [fin XVIIe]-[1937] Voir dans l'inventaire Ajout à votre panier

Présentation du contenu

Le fonds contient 2209 pièces (plans, élévations, coupes, dessins, photographies), sur support papier, calque ou diazotype. Les documents sont regroupés par chantier et couvrent la totalité de la carrière de Joseph Hornecker, depuis ses études à l'École des Beaux-Arts de Paris jusqu'aux derniers projets dans les années 1930. L'ensemble du fonds, sans toutefois être exhaustif, donne une idée précise du travail de Joseph Hornecker. Constitué de plans définitifs mais aussi des esquisses et des études préparatoires, il donne à voir le travail d'un architecte du début du XXe siècle. Il illustre des réalisations qui se cantonnent à la Lorraine française.

1. Formation

Les archives du fonds Hornecker s'ouvrent avec un ensemble de plans directement issus de la formation à l'École des Beaux-Arts de Paris. Ce sont à la fois des plans préparatoires et des rendus de concours d'émulation organisés dans la cadre de la formation. Ces pièces montrent toutes les influences et les goûts de l'architecte en apprentissage.

2. Concours et Grand Théâtre de Nancy

La première partie de la carrière de Joseph Hornecker se passe aux côtés d'Henri Gutton. Cette collaboration est illustrée notamment dans la préparation de concours : construction destinée à la Chambre de commerce et d'industrie, construction de l'École des Beaux-Arts de Nancy (lors de ce dernier, il est toutefois écarté car son patron Henri Gutton a participé à la définition du programme).

La collaboration entre les deux hommes se poursuit jusqu'en 1907, date à laquelle Joseph Hornecker se voit confier la réalisation du théâtre municipal de Nancy, faisant suite à l'incendie du 4 octobre 1906. Ce projet est le plus emblématique de sa carrière. Les archives de la reconstruction du théâtre se décomposent en trois parties résultant des péripéties du chantier. Un premier concours pour la reconstruction du théâtre est organisé à l'emplacement des ruines de la salle de la Comédie. Remporté par le projet d'Hornecker, il ne sera toutefois jamais réalisé car les édiles locaux choisissent finalement d'implanter le théâtre de l'autre côté de la place Stanislas, dans les murs de l'ancien évêché. Un deuxième projet est donc commandé sur une surface comprenant l'ancien bastion Vaudémont. Mais la levée de boucliers des défenseurs des vieilles pierres de la cité ducale vient à bout de ce projet. Remaniés une troisième fois par Hornecker, les plans du théâtre s'étendent finalement dans le prolongement de la rue Sainte-Catherine, sur la propriété Lejeune. Le chantier débute seulement en 1911 et très vite la Grande Guerre vient stopper la construction de la nouvelle salle. L'ouvrage est finalement achevé après-guerre et la salle de spectacles est inaugurée le 14 octobre 1919.

Parallèlement à ces concours, Hornecker participe à d'autres moments forts de l'histoire architecturale de Nancy.

3. Bâtiments d'habitation

Le fonds Hornecker contient beaucoup de plans d'habitations individuelles (chalets de villégiature, immeubles de ville et hôtels particuliers). Quelques projets particulièrement bien documentés ou représentatifs peuvent être mis en avant : maison Houot (7 rue Chanzy à Nancy) ; propriété de M. Grillot (Pont-d'Essey) ; hôtel particulier de M. Paul Luc (27 rue de Malzéville à Nancy) ; maison de Mme Geschwindenhammer (6 ter quai de la Bataille à Nancy).

4. Bâtiments industriels et commerciaux

Des plans de bâtiments commerciaux et industriels sont aussi conservés. On peut mettre en évidence les plans et élévations des Magasins réunis Viard-Gardin à Épinal ou encore le magasin des Chaussures Mathis (9-11 rue Saint-Georges à Nancy).

5. Exposition internationale de l'Est de la France (1909)

Hornecker est, dans un premier temps, absent du « Groupe des architectes » chargé de concevoir un projet architectural pour l'Exposition internationale de l'Est de la France (1909) en raison de la préparation du concours pour l'École des Beaux-Arts de Nancy (1905-1906). Mais il rejoint plus tard l'affaire en étant chargé de la réalisation de quelques pavillons. Il réalise notamment une exèdre à musique, le pavillon des villes d'eaux, deux stands (celui de Bauche et celui de la Société nancéienne de crédit industriel) et le char de Léopold II destiné au cortège historique. Le pavillon d'honneur de l'exposition lui a également été confié mais ses plans sont restés à l'état de projet.

6. Reconstruction de la ville d'Étain (Meuse)

Enfin, une part importante des plans du fonds Hornecker concerne la reconstruction de la ville d'Étain, en particulier l'hôtel de ville, le groupe scolaire et la crèche.

Enfin il faut noter l'existence d'un ensemble de références, illustrant des bâtiments ou des détails d'ornementation en tout genre, sous forme de tirages, de gravures, de photographies ou de cartes postales.

Date de l'unité documentaire [fin XVIIe]-[1937]

Description physique

Nombre d'éléments

2209 pièces.

Support

Papier, calque, photographie.

Organisme responsable de l'accès intellectuel

Archives modernes de l'architecture lorraine

Localisation physique

Archives municipales de Nancy

Langue des unités documentaires

Français

Origine

Hornecker, Joseph (1873-1942)

Biographie ou histoire

Joseph Hornecker nait le 12 octobre 1873 à Strasbourg, deux ans après le traité de Francfort qui laisse dix mois à la population des territoires annexés pour choisir entre exil et nationalité allemande... En 1879, son père choisit de franchir la frontière franco-allemande clandestinement pour établir sa famille à Belfort où il exerce comme commis d'architecte avant de s'établir comme entrepreneur de travaux publics en 1894.

Joseph Hornecker qui montre des talents de dessinateur est embauché au service d'architecture de la ville de Belfort en 1889. Quelques années plus tard il « monte à Paris » pour suivre les cours à l'École nationale des Beaux-Arts, seule véritable formation permettant d'accéder au métier d'architecte. Il y fréquente l'atelier de Jean-Louis Pascal (1837-1920). Par l'entremise de l'architecte strasbourgeois Charles Méwès (1858-1914), il apprend qu'une place d'associé est disponible à Nancy chez Henri Gutton (1851-1933). Il collabore avec l'architecte nancéien de 1901 jusqu'en 1907, date à laquelle il prend les rênes de l'agence, devant terminer seul deux projets nancéiens : l'immeuble France-Lanord et Bichaton (quai Isabey) et l'étude de Maître Houot (rue Chanzy).

Point d'orgue de sa carrière, il décroche cette année-là le concours pour la reconstruction du Grand Théâtre de Nancy, place Stanislas. Au même moment, il obtient commandes pour le siège de la Société nancéienne de Crédit industriel et de dépôts (actuelle place André-Maginot) et pour la réalisation d'une cité ouvrière pour les Mines de Saint-Pierrepont à Mancieulles (Meurthe-et-Moselle). Son ancien associé lui procure également de l'ouvrage pour des hôtels dans les Vosges et une participation à l'Exposition internationale de l'Est de la France (1909).

Après la Grande Guerre, il se lance dans les chantiers de reconstruction des villages de l'Est de la France et notamment dans celui de la ville d'Étain (Meuse) d'où sa femme, Henriette Jumel, est originaire.

Il prend sa retraite en 1930 et participe alors à de nombreux jurys de concours.

Épuisé par le travail et les deuils répétés, il se rend sur la Côte d'Azur à l'automne 1942 et meurt dans sa chambre d'hôtel à Nice où il est enterré.

Informations sur les modalités d'entrée

Le fonds de l'agence Hornecker a été déposé par l'association Archives modernes de l'architecture lorraine (convention en date du 22 novembre 1986, entrée des documents le 16 décembre 1986 transmis par l'École d'architecture).

Informations sur l'évaluation

Conservation intégrale.

Statut juridique

Archives privées

Communicabilité

Communicable avec l'autorisation du déposant (Archives modernes de l'architecture lorraine, 29 rue du Haut-Bourgeois, 54000 Nancy ; contact@amalorraine.fr).

Caractéristiques matérielles et contraintes techniques

Le fonds ne contient pas de pièces écrites et se compose essentiellement de dessins produits par l'agence dont une part importante est signée sans pour autant être toujours de la main de l'architecte. Plusieurs dossiers d'avant 1914 comportent des esquisses. Le fonds ne comporte que peu de photographies de réalisations, une vingtaine au plus.

L'état des dessins est extrêmement variable ; certains ont souffert de leur conservation dans une cave et la plupart des calques sont extrêmement fragiles.

Autre instrument de recherche

Répertoire numérique dactylographié, 44 p.

Liens

Consulter l'inventaire au format pdf

Sources complémentaires

Sources internes

1. Archives modernes

- Série 4 M Édifices à usage d'établissement d'enseignement de sciences et d'art :

4 M : Comédie de Nancy puis Théâtre de Nancy puis Opéra de Lorraine (1790-1982).

2. Archives contemporaines

- Série W : Versements des services techniques.

Sources externes

Archives départementales de Meurthe-et-Moselle

- Série 10 R : dommages de guerre.

Archives départementales de la Meuse

- Fonds de l'entreprise Colin; Pagny et Bouf.

- Série R : fonds de la première reconstruction.

Musée d'Orsay

- Fonds acquis en vente publique en 1987.

Bibliothèque municipale de Nancy

- Fonds acquis en vente publique en 1987 et en 1995 (lors de la vente publique du 21 janvier 1995 à Nancy, les maquettes ont été dispersées).

Centre de documentation du Patrimoine de l'Inventaire régional de Lorraine

- Joseph Hornecker, architecte à Nancy. Dossier documentaire LHAC/AMAL.

- Fonds photographique.

Archives nationales

- Fonds de l'Ecole nationale des Beaux-Arts : AJ/52/406 Dossiers individuels des élèves. Section architecture. Série du 1er janvier 1901 au 31 décembre 1910. Harant (Pierre)-Lacarrière.

Bibliographie

L'architecture à Nancy à l'époque de Joseph Hornecker

Patrick Dieudonné, Vincent Bradel, Jean-Claude Vigato, Existe-t-il une architectonique de la maison ? Nancy 1904-1970, Nancy, C.E.M.P.A, École d'architecture, 1986.

André Gutton, Conversation sur l'architecture de la nuit à l'aurore, La Pierre-qui-Vire, Zodiaque, 1985.

Louis Hautecœur, Histoire de l'architecture classique, Paris, Picard, 1948-1967.

Jean-Claude Vigato, Patrick Dieudonné, Études des villas du Parc de Saurupt, Villers-lès-Nancy, C.E.M.P.A., École d'architecture, 1982.

Art Nouveau, L'École de Nancy, Denoël-Serpenoise, 1987.

Joseph Hornecker

Archives modernes de l'architecture lorraine, Joseph Hornecker architecte à Nancy (1873-1942), Presses universitaires de Nancy, 1989.

Vincent Bradel, « Mais qui est donc Hornecker ? », dans Les Cahiers de la recherche architecturale, L'architecture moderne en province, n° 24-25, 1er-2e trim. 1989, pp. 30-36.

La reconstruction du Grand Théâtre de Nancy

Pierre-Hippolyte Pénet, Opéra, trois siècles de création à Nancy, Nancy, Snoeck, 2018.

Paul Lebœuf, L'Opéra de Nancy, Vaux, Serge Domini, 2009.

Catherine Grosjean, France-Lanord et Bichaton, un siècle de constructeurs Nancy, Archives modernes de l'architecture lorraine, 1998.

Vincent Bradel et Thierry Algrin, Nancy : le Grand Théâtre, opéra-théâtre de Lorraine, Metz, Serpenoise, « itinéraires du patrimoine ; 59 », 1994.

Michel Antoine, « L'Opéra de Nancy », Le Pays Lorrain, 1965, n° 1, p. 3-4.

André Hallays, « La reconstruction du théâtre de Nancy », Le Pays lorrain, avril 1907, n° 4, p. 202-203.

Rédacteur de la description

Simon Remy

Informations sur la description

Répertoire dressé conformément à l'ISAD(G). Indexation conforme aux normes AFNOR et au thésaurus des archives locales en vigueur.

Date de création de la description

jeudi 28 novembre 2019

Date de dernière modification de la description

lundi 11 janvier 2021

Descripteurs

Sujet : architecture
Nom de personne (architecte) : Hornecker, Joseph (1873-1942)

Cotes extrêmes

12 Z 1-374