Bachacou, Jean et Danièle • 1966-1969 Voir dans l'inventaire Ajout à votre panier

Présentation du contenu

Le couple Bachacou était engagé politiquement dès le milieu des années 1960. Il a ainsi participé aux évènements de mai-juin 1968 : assemblées générales, discussions à la « cantine » (restaurant universitaire du 1 rue Gustave Simon), manifestations, tractage.

Ce fonds de tracts a été collecté entre 1966 et 1969 de deux façons :

- tracts distribués par les donateurs devant les restaurants universitaires ;

- tracts récupérés dans la rue par les donateurs et conservés par la suite.

L'essentiel est donc de production locale mais certains sont des tracts parisiens distribués à Nancy.

On trouve différents producteurs de toute tendance politique:

- organisation syndicales et politiques : Parti communiste français (PCF), Parti socialiste unifié (PSU), Confédération générale du travail (CGT), Confédération française démocratique du travail (CFDT), Fédération de l'éducation nationale (FEN), Syndicat national des enseignants de second degré (SNES) etc.

- organisations étudiantes : Union des étudiants communistes nancéens (UECN), Étudiants socialistes unifiés (ESU), Union nationale des étudiants de France (UNEF), Association générale des étudiants nancéens (AGEN), Fédération des étudiants nationalistes (FEN), Fédération des associations de résidents de Nancy (FARN) etc.

- organisations extrémistes : mouvements maoïstes tels l'Union des jeunesses communistes (maristes-léninistes) (UJC(ml)), comités de soutien au peuple vietnamien, Section nancéenne des étudiants de la restauration nationale etc.

Selon les donateurs, cette collection a le mérite de montrer la multiplicité des acteurs et des parties prenantes à cette période. Multiplicité des organisations, multiplicité des discours. Car à Nancy, selon eux, les heurts se sont faits rares et finalement les grandes assemblées générales des soirs étaient souvent ennuyeuses. De grandes discussions sur la politique et la société des années 1960, la réforme de l'Université, voilà quels étaient les thèmes des débats. Leur groupe de militants communistes restait, selon eux, tempéré dans ses propos et actions. Loin du "grand soir" voulu par les prochinois et les « provocateurs qui ne cherchent que le conflit et l'affrontement physique". Aussi les provocations et altercations entre étudiants de tendance politique différente restent mineures mais il ne faut pas les occulter comme le montrent certains de ces tracts. M. Bachacou rapporte d'ailleurs que le mouvement du 22 mars n'était pas suivi à Nancy. Peu d'anarchistes étaient actifs dans la cité ducale et les rares agitateurs de la Faculté de Lettres venaient de Nanterre. Il précise encore qu'à l'issue des évènements, les changements à l'École des Mines étaient minimes et finalement déjà engagés par le directeur avant Mai. M. Bachacou rappelle aussi qu'ils étaient souvent plus actifs devant les usines (Ferembal) avec le PCF qu'avec les étudiants.

Le fait d'avoir collecté aussi les tracts de droite et d'extrême-droite permet de mettre en lumière une partie de la population hostile au mouvement populaire de mai-juin 1968 et de comprendre l'enchaînement de certains évènements à Nancy comme celui de l'incendie du monument de la résistance.

Pour le reste de la collection, il s'agit de journaux, bulletins, journaux de cellules distribués aussi dans la rue : "Agen-Inform'", "Lettre PSU", "Le Trait d'union", "Le Travailleur nancéien", "L'Humanité", "Nancy-étudiants" etc.

Date de l'unité documentaire 1966-1969

Origine

Bachacou, Jean et Danièle

Biographie ou histoire

M. Bachacou était étudiant thésard à l'École des Mines au moment des évènements de Mai-Juin 1968 et militant à l'Union nationale des étudiants de France via l'Association générale des étudiants nancéens (AGEN-UNEF), à l'Union des étudiants communistes de Nancy (UECN) et membre du Parti communiste français (PCF). Son épouse était professeur de français au lycée Georges de la Tour, membre du PCF et militante à la cellule du Haut-du-Lièvre (Nancy). Ils ont collecté ces tracts et journaux à la sortie des restaurants universitaires (en particulier celui de la rue Gustave Simon). Ils ont ensuite été conservés perforés dans un classeur et classés chronologiquement.

Historique de la conservation

Contribution de Jean et Danièle Bachacou (n° 4) du 29 mai 2015.

Informations sur les modalités d'entrée

Don (444 Z).

Statut juridique

Archives privées

Descripteurs

Type : tract
Sujet (contexte-historique) : Événements de mai 1968
Nom de personne : Bachacou, JeanBachacou, Danièle
Cotes extrêmes : 101 Num 4

Sous-unités (5)